Ils ont imprimé les vestes de quart des skippers du Vendée Globe. Costard Sérigraphie est devenu incontournable pour les navigateurs du pôle de la course au large.Ce n'est pas le tout de faire le tour du monde sous les couleurs d'un marchand de montres, encore faut-il que cela se voie.

 

C'est le travail de Costard Sérigraphie, une société installée à Hennebont, qui en quatre ans s'est taillé la part du lion dans l'impression des logos publicitaires des skippers du pôle de la course au large, à la base des sous-marins. Leur boulot : imprimer les vestes de quart, les salopettes, les tee-shirts, les décors collés sur les coques des bateaux, bref tout ce qui peut servir de support publicitaire dans un sport qui ne fonctionne que grâce au sponsoring. Costard Sérigraphie vient ainsi de marquer les vêtements des skippers de Virbac-paprec, Roxy, Gitana, Générali, Véolia et Safran qui vont tous se lancer dans l'aventure du Vendée Globe, en arborant des couleurs imprimées à Hennebont.

Créneau difficile

« On s'est spécialisé dans le marquage du vêtement de mer, car c'est un créneau difficile et très peu d'entreprises se lancent sur ce marché, explique Jacques Costard, fondateur de la société, qui, lui compris, emploie trois personnes. Le nautisme représente 80 % de notre fabrication. » Les équipes de courses apportent les vêtements et Costard Sérigraphie les marque du nom de leurs sponsors, aux endroits ad hoc. « Notre priorité : mettre les logos à des endroits qui doivent se voir sur des images télé ou des photos prises d'hélicoptère, quand le gars est à la barre de son bateau, raconte Jacques Costard. Sur le col des vestes de quart, les manches, le coeur, ou dans le dos. »

Tests de résistance

Une opération délicate, car il s'agit de trouver des encres qui s'adaptent aussi bien à un tissu imperméable recouvert de téflon d'une salopette, que celui plus fin d'un tee-shirt. Il faut surtout que ça résiste à des conditions difficiles. Avant que les vêtements à marquer ne soient livrés, Costard Sérigraphie reçoit des échantillons de tissus qui leur permettent de réaliser des tests, de lavage, d'usure, ou de froissage. « Dans ce milieu, les tissus sont techniques et évoluent chaque année », note Jacques Costard. Lui et sa petite équipe ont ainsi imprimé tous les logos sur les vêtements des quinze membres d'équipage du maxi-trimaran Banque Populaire. Groupama ne peut plus se passer d'eux et la Cité de la Voile fait maintenant appel à leur service. Même le petit bonhomme Cotten apposé sur les sacs du même nom, c'est eux. De quoi reléguer en second plan les 20 % restants du chiffre d'affaires de 300.000 €, qui concernent l'application de logo sur des présentoirs pour des marques de luxe Yves Saint-Laurent ou Longchamp.

Extrait du télégramme du 29 octobre 2008